Retour

Approche

BAMAA, c’est la volonté d’associer trois personnalités
à un même projet, d’unir la richesse de talents triangulaires pour qu’ils se complètent dans une perspective commune : l’architecture comme mode de vie et lien social.

Créer le mode d’habiter

Pour BAMAA, la mission de l’architecte dépasse largement l’optimisation au mètre carré. Plus que l’habitation, il s’agit de la création du mode d’habiter. L’architecte intervient en amont du logement. Il doit participer à ce titre au débat public et guider les décideurs dans l’amélioration du cadre de vie. L’agence sort l’architecte de son rôle unilatéral de maître d’œuvre et lui restitue sa mission de créateur. Elle alimente le débat sous un autre angle pour habiter autrement. Elle crée la confiance libératrice qui permet d’inventer une matière qui ait de l’âme.

Une volonté esthétique

BAMAA pousse l’esthétique aux limites du design, dans ce sens qu’il crée un objet intrinsèquement conçu pour améliorer et faciliter la qualité de vie de ses utilisateurs à long terme. En dehors de toutes tendances, l’agence travaille sur une élégance minimaliste au service de la fonction, dans la finesse du détail. En cherchant à unifier l’art et l’artisanat pour les rendre accessibles au plus grand nombre, BAMAA marche sur les traces du mouvement Bauhaus qui a révolutionné l’architecture. Elle met son talent au service d’une construction simple qui joue sur les fondamentaux telles que les perspectives, les proportions, la lumière, l’orientation, l’environnement ou la localisation. Sa vision de l’esthétisme s’inscrit dans une architecture universelle qui transcende les frontières et les classes sociales dans le temps.

Une volonté sociale

Au-delà de son rôle de créateur, BAMAA fait de l’humilité une clef de voûte en plaçant l’utilisateur au cœur du projet. Le logement doit s’adapter à l’homme et pas l’inverse. L’agence fond son objectif à celui de l’usager. Elle mène une démarche sociale en recentrant le projet sur son confort et en anticipant l’évolution des modes de vie. Elle rencontre les locataires et étudie comment ils vivent l’espace afin qu’ils puissent se l’approprier, tout en prenant en compte les contraintes que les promoteurs sont prêts à accepter.

Une volonté éthique

Exit le claque à l’œil pour se faire une image, la tentation de céder aux modes et au spectaculaire éphémère. BAMAA s’intéresse avant tout aux hommes et aux utilisations. L’architecture du bien-être à bon escient est une marque de fabrique. L’éthique est au centre de la démarche : construire selon les règles HQE (Haute Qualité Environnementale), utiliser les matériaux adaptés, ouvrir l’intérieur en cohérence avec l’extérieur, aller au bout des détails techniques. Quant à la réhabilitation, loin de s’embarrasser des contraintes, l’agence en fait un point de départ pour créer de la richesse. Elle s’appuie sur l’histoire qui a existé sans la renier pour lui offrir un nouveau souffle. L’équipe travaille d’arrache pied en ce sens dès la conception du projet, garde les deux pieds sur terre en respectant le site et la tête dans le ciel en ouvrant les champs.»